CMS modules by everest poker.

Kabila : un gouvernement d’ouverture ?

Imprimer
Catégorie : Politique
Date de publication Écrit par Muenda Kani

Charles Mwando SimbaL’Informateur consulte dans la majorité et l’opposition

Kabila : un gouvernement d’ouverture ?

L’Informateur Charles Mwando Simba, élu de Moba a tenu une conférence de presse lundi dernier au cours de laquelle il a fait une mise au point. Il n’est qu’un simple Informateur dont la tâche est d’identifier la majorité parlementaire d’où sortira le gouvernement de coalition. Il n’est ni formateur encore moins Premier ministre. Bien dit. Pour lever toute équivoque autour de cette fonction dans la classe politique. Où on le considère comme formateur en lui déposant des PV des candidats ministres.

Kabila, on le sait, a engrangé autour de 343 députés pour l’ensemble de son camp. Mais aucun de ces partis n’a réussi à atteindre le palier constitutionnel de 251 sièges pour former seul le gouvernement de la République et appliquer son projet de société. D’où la nécessité de la désignation d’un Informateur qui va formellement identifier cette majorité et en faire rapport au chef de l’Etat.

En principe, certains députés de l’opposition qui critiquent l’Informateur de les avoir retenus dans le calendrier de ses consultations ont raison étant donné que la démarche ne concerne que la majorité qui fera partie du gouvernement dont eux constituent l’antithèse. Logique.

Mais le fait que l’Informateur ait retenu aussi des partis politiques de l’opposition n’est pas un fait du hasard. On peut y décrypter un message de Joseph Kabila. C’est qu’en vue de la formation du prochain gouvernement, le Président de la République tient à réaliser l’option levée dans son discours d’investiture et qui est d’amorcer l’ouverture.

 Celle-ci consiste à travailler avec tous ceux qui ont la passion du Congo. C’est bien dit. Kabila cherchera des compétences dans tous les segments de la nation congolaise à commencer par la classe politique aussi bien la majorité que l’opposition.

Dans ce dernier camp, c’est le branle bas de combat. Cette vision d’ouverture de Joseph Kabila divise. Il y a des radicaux qui s’y opposent catégoriquement, sans réfléchir, les yeux fermés et préférant jouer au contre-pouvoir dans l’opposition. Tandis que les modérés, qui sont quasiment majoritaires sont prêts à mordre à l’hameçon en saisissant la balle au bond de la main tendue de Kabila Kabange. Raison pour laquelle tout le monde n’a pas été insensible à l’appel de l’Informateur.

Cependant il ya lieu de ne pas faire d’amalgame entre cet esprit d’ouverture du chef de l’Etat avec la formation d’un gouvernement d’union nationale, de cohabitation là où pourtant la nouvelle majorité de Joseph Kabila est de 343 députés. Un gouvernement d’union nationale est dès lors exclu à ne pas confondre avec un gouvernement d’ouverture. Et pour cause. C’est Joseph Kabila avec sa nouvelle majorité qui rendra compte aux électeurs et non la minorité parlementaire. C’est le programme de gouvernement de la majorité qui doit être mis en œuvre et non le contraire. Ce qui sous-entend pour les observateurs que l’ouverture ne signifie nullement cohabitation entre les projets de deux camps.

Muenda Kani

Saturday the 20th. Joomla 2.5 Templates. BSC News
Copyright 2012

©